le point sur les profils inversés: de quoi s'agit il ?

Mis à jour : 12 sept. 2019

Pouvez-vous plonger un récif peu profond sur votre première plongée du jour, suivi d'une plongée plus profonde sur une épave en tant que deuxième? Nous allons tenter de répondre à cette question:

Image ci dessus: moi même devant le sous-marin le Rubis, Var, France



Les conclusions proposées par un «atelier de profils de plongée inversée» de 2006 ont révélé que oui, vous pouvez, tant que ce ne sont pas des plongées avec décompression et inférieures à 40 mètres et des écarts de profondeur inférieurs à 12 mètres, en utilisant un ordinateur de plongée.

Mais tout d'abord, revenus sur l'une des règles les plus sacrées de la plongée sous-marine a été contestée et a été jugée insuffisante: l'interdiction des profils de plongée inversée, c'est à dire commencer avec une plongée peu profonde, puis avec une plus profonde ensuite, qui a abouti à une phrase mémorisée par des millions de plongeurs: «Toujours faire votre plongée plus profonde en premier», encore aujourd’hui en 2019

Est-ce toujours vrai aujourd’hui ??

Eh bien, il s'avère que si vous utilisez un ordinateur de plongée pour la plongée multi-niveaux, vous pouvez faire vos plongées dans  l’ordre que vous souhaitez.

Bien sûr, utilisez votre ordinateur de plongée de manière intelligente et restez dans les limites de non-décompression,

Comprenons avec un exemple concret:

Planification:

1ère plongée du jour: 18 mètres pendant 45 minutes

Intervalle de surface: une heure

2ème plongée: 30 mètres pendant 20 minutes

Les tables de la marine américaine nécessiteraient une arrêt de décompression de 18 minutes à 3 mètres et le PADI RDP ne permet pas la deuxième plongée, car il est hors des tables ! 

Comparaison avec un profil table, dite « plongée carrée »: (référence table RDP Padi)

Prenons la première plongée à 18 mètres pendant 45 minutes, le groupe de pression à la fin de la plongée est R, puis après 1 heure d’intervalle de surface, le groupe de pression est F. Si on souhaite faire cette 2ème plongée à 30 mètres, la limite de non décompression est de 11 minutes, il n’est donc pas possible de faire 20 mn, on serait en dehors des limites de non décompression.Prenons l’inverse, (plus profonde en premier, ce que l’on apprend au début) et commençons par celle de 30 mètre pendant 20 Minutes: à la fin de la première le groupe de pression est N (20 Minutes étant déjà le temps maximum pour rester dans la limite de non décompression), puis après 1 heure d’intervalle de surface, le groupe est D. Si on souhaite faire la 2ème plongée à 18 mètres, la limite de non décompression est de 40 minutes, nous sommes encore hors table si on planifie 45 minutes. En admettant que l’on raccourci cette 2ème plongée à 40 minutes (on est pas à 5 minutes près) pour rester dans la table, on ressort avec un groupe de pression à W.

Tous les ordinateurs de plongée modernes permettent ces plongées de profil inversé

Un peu d’histoire: 

C'est la conclusion de l'atelier "Reverse Dive Profiles Workshop" mené à la Smithsonian Institution à Washington, sous la direction du Smithsonian's Michael Lang, de l'American Academy of Underwater Sciences, DAN,

Les conclusions de l'atelier sont historiques. Non seulement ils offrent plus de liberté aux plongeurs d'ordinateurs expérimentés pour planifier et exécuter des plongées à plusieurs niveaux; mais l'impact général sera probablement que toute l'industrie de la plongée prendra un regard plus ouvert sur d'autres règles de la plongée, des compétences et des procédures, puis demande " Pourquoi?"

Cet esprit de réévaluation a été souligné lors de l'ouverture de l'atelier lorsque John Lewis, Ph.D., le principal programmeur des ordinateurs de plongée, a présenté un document intitulé «L'évolution de la plongée répétitive: de Haldane (1908) à Hardy (1999) . " Le docteur Lewis faisait référence au physiologiste J.S. Le travail original de Haldane sur les tables de décompression au début du siècle et le fondateur de ScubaLab, feu Jon Hardy, dont la recherche a été menée à la fin de celle-ci.

Mais ce n'était pas le premier défi à la règle absolue de toujours plonger profond puis peu profond. Il y a plus de 20 ans, dans le numéro de juillet 1994 de Scuba Diving, Hardy, John Brumm et Val Hodges ont d'abord contesté le concept basé sur les tests informatiques de plongée précoce de ScubaLab. Et, à la fin de 1988, à l'Atelier sur l'informatique de plongée AAUS, Hardy a présenté un document basé sur l'expérience sur le terrain des plongeurs qui se sont plongés sous une forme dite «hors service» sans effets nocifs connus.

Les résultats des recherches le précisent: les plongeurs loisirs ne sont plus limités aux limites sévères des tables imprimées, mais peuvent utiliser des ordinateurs de plongée modernes pour élargir leurs possibilités de plongée, et plonger de manière plus efficace, plus confortable, plus sûre et plus agréable. 

(Le manuel triangle Sécurité <-> Confort <-> Plaisir )

L'un des résultats les plus importants présentés dans l'atelier: les profils de plongée inverse dans les limites de non-décompression ne conduisent pas à une augmentation mesurable du risque de maladie de décompression.

Principales constatations de l'atelier "Reverse Dive Profiles"

Historiquement, ni la marine américaine ni le secteur commercial n'ont interdit les profils de plongée inversée.

- Des profils de plongée inversée sont effectués dans la plongée loisir, scientifique, commerciale et militaire.

- L’interdiction des profils de plongée inversée par les organismes de formation plongée loisir ne peut être attribuée à une expérience de plongée spécifique qui indique un risque accru de maladie de décompression.

- Aucune preuve convaincante n'a été présentée dans l'atelier que les profils de plongée inversée dans les limites de non-décompression conduisent à une augmentation mesurable du risque de maladie de décompression.

- Les participants n'ont trouvé aucune raison pour que les communautés de plongée interdisent les profils de plongée inverse pour les plongées sans décompression inférieures à 40 mètres (130 pieds) et des écarts de profondeur inférieurs à 12 mètres (40 pieds).

Conclusion:

Tant que vous restez dans les limites de non décompression, et que vous planifiez vos plongées (important !! ) successives au moyen de votre ordinateur de plongée (il faut bien sur utiliser le même ordinateur sur la même journée, les modèles récents le font tous), il n’y a pas de contre indication à faire une plongée un peu plus profonde sur la 2ème plongée. 

Bien sûr il n’y a pas de risque zéro, et même si vous restez dans les limites de non décompression et que vous respectez les règles de vitesse de remontée, il existe toujours un risque, même minime si vous respectez les indications de votre ordinateur, qui reste je vous le rappelle un modèle mathématique. 

Evitez donc comme votre instructeur vous l’a déjà appris à ne pas toujours pousser les limites du temps de non décompression et rester en deçà des limites, même avec l’utilisation du Nitrox, qui reste une bonne idée sur des plongées successives sur une même journée, voir semaine !!

5 vues0 commentaire