Quelques espèces

emblématiques de Méditerranée

Cette page est en  construction: d'autres fiches à venir

Mérou noir (ou brun)

Epinephelus marginatus

Famille :

Perche de mer, serranidés

 

Il en existe d’autres variétés comme le mérou badèche, gris, royal… 

 

C’est une espèce protégée dont la pêche est interdite depuis 1993.

 

Description :

Poisson osseux à petites écailles, pouvant atteindre 1,40 mètre de longueur pour un poids de 65 kg, au corps ovale, massif, brun chocolat avec des taches jaunes. Mais sa livrée peut varier. La bouche est large, la mandibule proéminente et les opercules portent 3 épines.

Les nageoires possèdent des rayons épineux.

 

Lieu de vie :

Benthique et vagile, il vit en solitaire entre 20 et 200 mètres de profondeur, près du fond, dans les blocs, les éboulis, les zones rocheuses accidentées qui lui offrent plusieurs trous au centre d'un territoire de chasse qu'il parcourt et défend farouchement.

Se nourrit de :

C'est un consommateur zoophage vorace qui chasse à l'affût, crabes, seiches, poulpes, calmars mais aussi poissons de roches ou de pleine eau. Ce prédateur macrophage (mangeur de gosses proies) trapu et puissant possède des yeux bien développés, des fossettes olfactives très sensibles, une ligne latérale qui réagit aux vibrations et aux variations de la pression de l'eau.

Il peut chasser la nuit et surprendre ses proies d'autant plus facilement qu'il est capable de démarrages foudroyants.

Sa bouche largement fendue porte de nombreuses petites dents sur les mâchoires et le palais; ces dents sont des organes de rétention qui servent à maintenir la proie et à l'empêcher de fuir.

 

Comment l’observer en plongée :

Il semble que l'activité et les déplacements des mérous augmentent en été alors qu'en hiver les déplacements sont plus fréquents mais de faible amplitude ; ce qui serait un argument d'une sédentarité réelle en hiver. Grâce à ces mesures de protection partielle et à l’amélioration de la qualité des eaux, dans les aires marines protégées d'abord (port Cros, Banyuls, Scandola, Bouches de Bonifacio) puis en dehors de ces espaces, les populations de mérous s'accroissent et se rajeunissent (arrivée de jeunes femelles et apparition de juvéniles nés sur les côtes de Provence). 

On les observe facilement en pleine eau, ils sont assez curieux et se laissent approcher.

merou.png

Corail rouge

Corallium rubrum

Famille:

Cnidaires

Description :

« Animaux-fleurs », ils forment des colonies arborescentes, ramifiées dans tous les plans, de taille variable, (20 cm en Méditerranée) fixées (espèce sessile) sur les fonds (espèce benthique) rocheux obscurs.

Il se reproduit par voie sexuée, les colonies étant hermaphrodites. La fécondation est externe et l'œuf donne naissance à une larve ciliée ou planula qui se fixe sur un substrat dur et donne un petit polype qui forme par bourgeonnement une colonie. La croissance est très lente.

 

Lieu de vie :

Espèce qui mène une vie benthique, fixée à demeure (espèce sessile) sur les parois des grottes semi obscures de l’étage circalittoral (30m) et des falaises rocheuses plus profondes.

On a pourtant constaté que des colonies bien éclairées étaient souvent luxuriantes !

 

Se nourrit de :

C'est un consommateur microphage zoophage prédateur (=carnivore) qui capture de petites proies planctoniques à l'aide des tentacules des polypes qui constituent un fin réseau qui filtre l'eau de mer et retient oeufs, larves, crustacés copépodes.. mais aussi des particules organiques inertes; aussi le considère-t-on comme un filtreur passif (=suspensivore).

 

Comment l’observer en plongée :

Le corail rouge a aussi besoin d'eaux limpides et agitées à une température moyenne de 15° C; aussi sa répartition en Méditerranée est-elle assez limitée.

Autrefois il se rencontrait à des profondeurs de 30-40 mètres sur les surplombs, tapissant les parois des grottes en milieu calme peu éclairé. 

Récolté depuis la plus haute antiquité, "l'or rouge de Méditerranée" est devenu aujourd'hui rare en Méditerranée du Nord. 

C’est une espèce protégée dont la pêche est très réglementée.

corailrouge1.png

La murène

Muraena helena

Famille :

Anguilliformes

Description :

 Pouvant atteindre 1,50 m, sa rencontre est recherchée par les plongeurs. Elle se caractérise par une petite tête brune tachetée d’ocre et cette coloration se transforme le long des flancs en une marbrure dorée plus marquée. Les longues nageoires dorsales et anales fusionnent en une caudale arrondie (pas de nageoire pectorale)

 

Lieu de vie :

 La murène s’observe le long des côtes entre les rochers peu profonds et les épaves.

 

Se nourrit de :

 Nocturne, elle se nourrit de poissons, de poulpes, de cadavres et de déchets. Sa morsure n'est pas venimeuse mais n'en est pas moins douloureuse en raison de la finesse de ses dents.

 

Comment l’observer en plongée :

 Elle tend à se nourrir plutôt de nuit. Habituellement quelques crevettes symbiotiques vivent dans le même trou, la nettoyant de ses parasites. Souvent bouche ouverte lorsqu’on s’approche de trop près, prête à se défendre de prédateurs (l’humain) : attention aux doigts ! 

murene1.png

Girelle paon

Thalassoma pavo

Famille :

Labridés

 

Description :

Poisson osseux aux nageoires à rayons épineux, au corps élancé recouvert de petites écailles. Sur les flancs, 5 fines bandes transversales bleu-vert.

La nageoire dorsale est longue, la caudale a 2 lobes effilés.

La tête rayée de bleu, est petite avec un museau pointu et une petite bouche à grosses lèvres.

Mâle et femelle sont de couleur différente, on dit qu'il y a dichromisme sexuel.

Le mâle outre une "bosse" sur la tête, a une livrée bleu-vert avec 2 bandes transversales, l'une bleue, l'autre jaunâtre.

La femelle jaune orangé a 5 bandes transversales bleues et 1 tache noire sur le dos.

Lieu de vie :

S'enfouit dans le sable à la tombée de la nuit, quand les eaux sont froides ou pour échapper à un ennemi.

Se nourrit de :

Poisson carnivore, prédateur, elle se nourrit d'invertébrés, crustacés, mollusques, vers qu'elle capture

 

Comment l’observer en plongée :

Benthique, solitaire ou en petits groupes, elle habite les prairies d'algues, l'herbier de posidonie et les fonds rocheux dans les zones superficielles les plus chaudes.

girelle-paon.png

Hervia

Cratena peregrina

Famille :

Mollusques, nudibranches

 

Description :

Ce nudibranche, Mollusque Gastropode, a l’aspect d’une limace de 10 à 30 mm de long, qui rampe sur son pied aplati en sole.

La tête porte 2 paires de tentacules ; la première effilée blanc nacré qui sont des tentacules buccaux, la deuxième dressée rouge ou violacée constituée de 2 tentacules olfactifs ou rhinophores à la base desquels se trouvent 2 taches oculaires d’un rouge orangé.

Le corps mou dépourvu de coquille porte des groupes de papilles dorsales ou cérates qui jouent plusieurs rôles, branchies nues (= nudibranche) et organes de défense

 

Lieu de vie :

Il se déplace sur les tombants rocheux du coralligène en Méditerranée dans des eaux claires et bien oxygénées: c'est une espèce benthique vagile

Agressée la limace lancent sur son ennemi les nématocystes qui libèrent leur venin toxique (actinocongestine) contre lequel elle est immunisée.

Les limaces de mer possèdent un autre moyen de défense, elles ont mauvais goût !

 

Se nourrit de :

Hervai broute les Hydraires (Eudendrium ramosum) sur lesquels elle vit et les dilacère à l'aide de sa radula (long ruban de chitine munie de nombreuses petites dents) : c'est un consommateur zoophage prédateur.

Les cellules urticantes (nématoblastes) de ces hydraires ne sont pas digérées mais s'accumulent dans une poche (= cnidosac) située près du sommet des papilles dorsales

 

Comment l’observer en plongée :

Qui trouve ce que mange la Hervia, trouve la Hervia ! Il est utile de se munir d’une petite loupe pour mieux l‘observer.

Il existe par ailleurs plusieurs milliers de variétés de nudibranche. On en observe une vingtaine d’espèce courantes sur notre coralligène nord méditerranéen

hervia1.png

Poulpes (ou pieuvre)

Musqués: Eledone moschata 

Et communs: Octopus vulgaris

Famille :

Mollusques, céphalopodes

Poulpe commun : 2 lignes de ventouses

 Poulpe musqué : 1 ligne de ventouses

 

Description :

C'est un animal au corps mou, recouvert de mucus, dépourvu de nageoire et de coquille interne. La tête munie de 2 yeux bien développés, porte une couronne de 8 tentacules (= Octopode) situés autour de la bouche : c'est un Mollusque Céphalopode. Les bras latéraux sont plus longs que les bras dorsaux et ventraux. Tout comme ses yeux, son cerveau est également évolué puisque le poulpe est capable d'apprentissages.

 

Lieu de vie :

C'est un animal benthique qui s'éloigne peu du fond où il se déplace par reptation sur ses ventouses ou en pleine eau par expulsion de l'eau de la cavité palléale.

Solitaire, il vit dans des anfractuosités rocheuses dont il camoufle l'entrée avec des pierres, dans la zone côtière supérieure. C'est un animal benthique sédentaire qui habite les fonds rocheux ou l'herbier de Posidonie.

 

Se nourrit de :

Le poulpe est un consommateur macrophage zoophage (carnivore) vorace qui chasse à l'affût, poissons et crustacés (qu'il attaque par surprise). C'est un prédateur nocturne (consommateurs de proies vivantes). Il a un comportement alimentaire caractérisé par une suite d'actions qui se déroulent dans un ordre donné.

 

Comment l’observer en plongée :

Il est facile de trouver les poulpes dans les trous rocheux, devant lesquels on peut observer un tas de petites pierres qu’il rassemble pour protéger sa cavité, et de restes de petits coquillages consommés.

Il reste un animal peureux qu’il faut laisser en paix, en particulier en période de ponte

Pour se défendre : la fuite ! en laissant un nuage d’encre noire pour se dissimuler. Son pire ennemi : la murène.

 

 

poulpecommun.png

Vers Spirographe

Spirographis spallanzani

Famille :

Polychète sédentaire

Description :

Ver annelé dont le corps est formé de segments, vivant dans un tube mou, formé de mucus et de vases agglutinés.

Un panache de filaments bigarrés et rayés de blanc de jaune ou de brun, fixé sur l'article en avant de la bouche, sort du tube et se rétracte à la moindre alerte ; ce panache est constitué de deux lobes dont l'un s'enroule en hélice

 

Lieu de vie :

 C'est une Annélide Polychète sédentaire qui vit dans un tube fixé sur le fond (espèce sessile benthique): il colonise les fonds rocheux mal éclairés mais aussi les fonds meubles; les sables et les vases des zones portuaires aux eaux riches en matière organique et en plancton.

 

Se nourrit de :

Le panache de filaments a un double rôle respiratoire et nourricier.

Les filaments constituent une branchie qui sert à collecter la nourriture faite de particules microscopiques en suspension dans l'eau qui sont agglomérées par une sécrétion ; le spirographe est un consommateur suspensivore microphage.

Ce qui est comestible (algues, bactéries) est ingéré, ce qui ne l'est pas est excrété vers la base du tube puis expulsé vers le haut par une gouttière ciliée.

Les spirographes sont ovipares et les œufs donnent naissance à des larves ciliées ou trochophores.

 

Comment l’observer en plongée :

Souvent trouvé dans les grottes et cavernes, il faut s’approcher très doucement et bien se stabiliser si on veut observer le spirographe, car à la moindre vibration (même de nos bulles) il se rétracte dans son tube pour se protéger.

 

Animal se rapprochant : la Sabelle

spirographe.png

La langouste

Palinurus vulgaris

Famille :

Crustacés

Description :

Le corps de coloration rouge à violet peut atteindre 50 cm de longueur ; il est segmenté et porte des appendices articulés : la langouste appartient à l'Embranchement des Articulés ou Arthropodes.

Le corps est recouvert d'une carapace chitineuse imprégnée de calcaire ; il comprend deux parties nettement distinctes, le céphalothorax et l'abdomen.

Lieu de vie :

Animal benthique, elle vit sur les fonds rocheux, les tombants ou les grottes sous-marines peu éclairées, entre 20 et 70 mètres de profondeur ou même des fonds sableux ; elle est relativement libre à l'égard du fond et de sa nature.

Se nourrit de :

Le jour, elle est cachée (grâce à son homochromie, elle harmonise sa couleur avec celle du fond et se confond facilement avec le milieu); la nuit, elle est active pour quérir sa nourriture. C'est un consommateur zoophage prédateur qui s'attaque à des proies vivantes (bivalves, gastéropodes, oursins, ophiures...) mais qui se nourrit aussi de cadavres d'animaux (en ce sens elle est nécrophage) ou de débris végétaux.

 

Comment l’observer en plongée :

Elle marche sur le fond ; quand elle est menacée, elle fait un brusque bond en arrière en battant l'eau, vers le bas, au moyen de sa palette natatoire située à l'extrémité de son abdomen.

Il est facile de la repérer avec ses longues antennes qui sortent un peu de son trou.

langouste.png

La Posidonie

posidonie sous leau.jpg

Rascasse brune ou chapon

Scorpaena scrofa

Famille :

Rascasse, scorpénidés

Description :

Poisson osseux, à coloration gris brunâtre ou roussâtre taché de noir, pouvant atteindre 30 cm de long. Le corps est court et trapu, recouvert d'écailles fines et imbriquées. La tête, dépourvue d'écailles, est cuirassée d'os dermiques, et hérissée de crêtes et d’épines ; l'os sub oculaire porte 2 pointes acérées et l'os supra oculaire un tentacule long et "plumeux".

Les nageoires sont armées de rayons ossifiés épineux ; la nageoire dorsale est munie d'une longue épine et d'une partie souple plus courte ; elle communique avec une glande à sécrétion venimeuse qui rend la blessure cuisante et douloureuse, parfois suivie d'œdèmes.

 

Lieu de vie :

Poisson benthique, solitaire et sédentaire qui vit sur les fonds rocheux couverts de prairies d'algues et principalement sur les fonds sableux de l'herbier de posidonie de l'étage infralittoral

 

Se nourrit de :

C'est une espèce nocturne qui chasse à l'affût, au crépuscule. C'est un consommateur, prédateur, carnivore macrophage vorace ; sa bouche-piège qui est énorme, munie de dents fines et nombreuses (dents "en velours") qui recouvrent les mâchoires et le palais, est capable d'avaler des proies volumineuses, poissons (gobies, blennies...), crabes, crustacés, vers, mollusques

 

Comment l’observer en plongée : 

Elle est totalement invisible sur le fond car elle est souvent immobile et son mimétisme est remarquable ; le mimétisme étant la ressemblance d'un organisme avec une autre espèce ou avec le substrat. La rascasse, grâce à de nombreux détails anatomiques, appendices cutanés sur la tête notamment et sur le corps, se confond avec le rocher couvert d'algues. Une lampe est nécessaire pour bien le voir.

Gorgone

Paramuricea clavata

Famille :

Cnidaires, Paramuricea

 

Description :

Animaux pluricellulaires (Eumétazoaires) coloniaux issus d'un embryon à 2 feuillets l'ectoderme et l'endoderme qui donneront d'une part la paroi externe et d'autre part la paroi interne à fonction digestive du corps des individus appelés polypes ; ces derniers ont la forme de "sac à double paroi"

Les colonies sont hermaphrodites (mâles et femelles) et les cellules sexuées ou gamètes sont libérées dans l'eau de mer; la fécondation est externe et les oeufs donnent naissance à de petites larves planctoniques ciliées (planula) qui après métamorphose se fixent sur les rochers.

 

Lieu de vie :

Elle forme de grandes colonies, atteignant 30 cm de haut, en éventail, abondamment ramifiées dans un même plan, de teinte jaune, orange, rouge ou pourpre, vivant entre 30 et 35 mètres de profondeur, fixées (espèce sessile) sur les fonds rocheux (espèce benthique) très inclinés ou tombants

Les Gorgonaires comprennent 21 espèces en Méditerranée dont :

 Corallium rubrum ou corail rouge de Méditerranée, Eunicella cavolinii ou gorgone jaune en forme d'éventail.

 

Se nourrit de :

Les colonies sont disposées perpendiculairement à la direction du courant dominant, ce qui leur permet de filtrer efficacement l'eau et de ne retenir que les proies microscopiques constituant leur nourriture ; c'est un consommateur zoophage prédateur qui capture des proies vivantes, des microorganismes du plancton (algues microscopiques larves, petits crustacés.) mais aussi des particules organiques inertes, qu'il avale entières. C'est un macrophage

Comment l’observer en plongée :

En observant de plus près avec une loupe, on peut observer les polypes :

gorgonne1.png

Le Congre

Conger conger

Famille :

Anguilliformes

Description :

 Ce poisson bleu-gris, cylindrique, atteignant plus de deux mètres de long, est aussi appelé anguille de mer.

Corps serpentiforme, sans écailles, avec une longue nageoire dorsale unique, liée à la nageoire caudale et anale. 

 

Lieu de vie :

 Commun dans toute la région, il vit plutôt dans les grottes, les crevasses, les failles des roches.

On connait mal sa reproduction maison sait qu’il migre en eaux profondes où chaque individu pond plusieurs milliers d’œufs et les jeunes mettent 2 à 3 ans pour revenir vers l’habitat côtier.

 

Se nourrit de : 

Doté de puissantes mâchoires, il se nourrit de crustacés et de petits poissons

Comment l’observer en plongée :

 

En plus de ses lieux de vie habituels, on le rencontre souvent dans les épaves où une abondance de longs tuyaux lui permet de se cacher

congre2_edited.jpg

Girelle ou demoiselle

Coris Julis

Famille : Labridés

Description :

Poisson osseux aux à rayons épineux, au corps élancé recouvert de petites écailles.

La tête est petite avec un museau pointu et une petite bouche aux lèvres protractiles. Elle peut atteindre de 10 à 25 cm.

L'opercule porte une tache bleue.

Sur les flancs, une ligne longitudinale rouge ou orangé vif et une tache noire. La nageoire dorsale a 8-10 rayons épineux plus longs que les autres.

 

Lieu de vie :

Vit en petits groupes, c'est un poisson grégaire dont les juvéniles habitent les prairies d'algues, l'herbier de posidonie alors que les adultes se rencontrent sur les fonds rocheux : c'est un poisson benthique.

 

Se nourrit de :

Consommateur carnivore, macrophage, prédateur qui se nourrit de crustacés, mollusques, vers qu'il capture ; elle possède des incisives pointues et des dents pharyngiennes soudées en lames masticatrices.

 

Comment l’observer en plongée :

De jour très curieuses, et peuvent être facilement attirées en grattant un rocher avec un cailloux, à l’affut de nourriture.

 

S'enfouit dans le sable à la tombée de la nuit, quand les eaux sont froides ou pour échapper à un ennemi. 

girelle.png

Doris "dalmatien" ou léopard

Discodoris atromaculata

Famille : Mollusques

Page facebook utile : Nudibase – sharing Nudibranch knowledge :

https://www.facebook.com/groups/nudibase

Description :

Ce nudibranche de couleur blanche, au corps portant des taches irrégulières brunes, est un Mollusque Gastropode, d'environ 12 cm de long, a l'aspect d'une limace ; il rampe sur son pied aplati en sole, à la surface d'une éponge dont il se nourrit.

Animal sensible à la lumière et qui est aussi capable de détecter une approche, des mouvements dans l'eau. 

Le corps mou non segmenté (=Mollusque) et dépourvu de coquille, porte vers l'extrémité postérieure, en position dorsale, une branchie nue (= nudibranche) en étoile, autour de l'anus, formée de 8 appendices à 3 ramifications.

 

Lieu de vie :

 Animal benthique qui se rencontre sur les fonds rocheux entre 5 et 50 mètres de profondeur. Il effectue des déplacements de faible amplitude : c'est une espèce sédentaire

 

Se nourrit de :

C'est un consommateur microphage zoophage, mangeur d'invertébrés marins qu'il dévore en rampant sur les rochers. C'est un prédateur d'éponges et notamment de l'espèce Petrosia ficiformis ou "figue de mer" qu'il broute avec sa radula (ruban chitineux portant de nombreuses petites dents, ).

Comment l’observer en plongée :

 On peut croiser des individus de toutes tailles (une loupe est utile), autant dans les zones ouvertes bien éclairées que dans les grottes profondes.

dorisdalmatienne.png

La Seiche ou Sepia

Sepia officinalis

Famille :

mollusque, céphalopode

Description :

C'est un animal au corps mou, recouvert de mucus, aplati dorso-ventralement, à symétrie bilatérale. La tête munie de 2 yeux latéraux perfectionnés, porte une couronne de 10 tentacules situés autour de la bouche

Huit tentacules sont courts et munis de plusieurs rangées longitudinales de ventouses et deux plus longs rétractiles qui possèdent une massue tentaculaire formée de 5 à 6 rangées longitudinales de ventouses. Tout comme ses yeux, son cerveau est également évolué

 

Lieu de vie :

Elle fréquente les fonds sableux ou vaseux, les herbiers de posidonie ou d'autres phanérogames marines de la plateforme continentale : c'est une espèce necto-benthique car elle s'éloigne peu du fond, elle est vagile. Sa nage la rend libre et indépendante des mouvements des masses d'eau (necton).

 

Se nourrit de :

Immobile, dissimulée dans le sable d'où seuls les yeux émergent, la seiche chasse à l'affût, poissons et crustacés (qu'elle attaque par surprise) : c'est un consommateur zoophage (carnivore) vorace, un prédateur (consommateurs de proies vivantes).

La seiche est un macrophage, c'est à dire un mangeur de grosses proies. Les 2 longs tentacules portant des ventouses sont préhensiles, ils servent à capturer la proie à distance. Les autres bras, plus courts et munis de ventouses servent à maintenir la proie pendant le repas. De la salive de seiche injectée à un crabe ou à un petit poisson le tue : sa salive est donc toxique

 

Comment l’observer en plongée :

Posée sur un fond rocheux, elle prend une teinte sombre, alors que sur un fond sableux sa teinte est claire, et sur un fond de posidonie, elle est de teinte verdâtre

Menacée, elle fuit, tentacules réunis et dirigés vers l'avant, par une contraction violente des parois de la cavité du manteau expulsant un jet d'eau dirigé vers l'avant par l’entonnoir ; il provoque par réaction, un saut de l'animal en arrière, en même temps qu'un nuage d'encre noire la dissimule

seche.png

Vers Planaire rose

Prostheceraeus giesbrechtii

Famille :

Vers plat ou Yungia

Description :

Ver libre, plat, c’est la planaire le plus observé, surtout à cause de ses rayures pourpres/blanche. Environ deux centimètres de longueur, au corps à symétrie bilatérale, mou non segmenté en forme de mince feuille dont les bords blancs sont ondulés.

 La tête porte les organes des sens comme de nombreux ocelles (yeux simples) ou des chimiorécepteurs (sensibles aux substances chimiques).

 

Lieu de vie :

Vit à la face inférieure de pierres sur de petits fonds rocheux en Méditerranée et dans l'Est Atlantique.

 

Se nourrit de :

Le corps porte ventralement un orifice qui sert de bouche-anus communiquant avec un pharynx, le tout formant ventouse (Sous ordre des Cotylea).

Les planaires sont des consommateurs macrophages zoophages prédateurs qui capturent des vers, des crustacés, ...qui sont avalés par une trompe musculeuse ventrale (le pharynx) qui se dévagine ; des enzymes sont alors déversées sur la proie qui subit donc une digestion externe

 

Comment l’observer en plongée : 

Au vu de sa petite taille et de son lieu de vie, il faut pendre le temps de bien observer sur les roches  pour l’apercevoir.

 

Particularité : Ils possèdent un pouvoir de régénération important, puisqu'à partir d'un fragment de leur organisme blessé, ils peuvent se reconstituer. Les 2 parties séparées étant chacune capables de donner un individu complet, au total on aboutit à 2 clones

versplat.png

La petite cigale de mer

Scyllaris arctus

Famille :

crustacés

Description :

C'est un Arthropode Crustacé de coloration brun rouge à vert olive presque noir dont le corps et les appendices sont segmentés ; il peut atteindre 16 cm de long et est recouvert d'une carapace rectangulaire, chitineuse, imprégnée de calcaire.

 

Lieu de vie :

Elle vit au-dessus des fonds rocheux, des éboulis de blocs, entre 0 et 20 mètres de profondeur, dans les grottes sous-marines peu éclairées, mais on peut aussi dans l'herbier de posidonie

 

Se nourrit de :

C'est un consommateur macrophage carnivore, prédateur pour lequel la mastication est externe : la proie (vers, mollusques...) est déchiquetée avant d'être ingérée.

Comment l’observer en plongée :

Elle marche ou rampe sur le fond ; quand elle est menacée, elle nage à reculons, en battant l'eau, vers le bas, au moyen de sa palette natatoire située à l'extrémité de son abdomen.

cigale.png

Le Coraligène

langouste dans coralligene.jpg