Le Coralligène en 3 minutes : comment ça marche ?

Mis à jour : janv. 18


Définition ? :

Il n'existe pas un réel consensus, parmi les scientifiques, de ce qu'est le coralligène mais on pourrait le considérer « comme un fond dur d'origine biogénique principalement produit par l'accumulation d'algues calcaires encroûtantes vivant dans des conditions de luminosité réduite ».

Bien qu'il soit plus étendu dans l'étage circalittoral ( la partie du littoral la plus profonde, presque totalement sombre), il peut aussi se développer dans l'étage infralittoral, à condition que la luminosité soit assez faible pour permettre la croissance des algues corallines, qui sont à l’origine du concrétionnement; c'est pourquoi, les concrétions coralligènes infralittorales se développent presque toujours sur les parois verticales, les canaux profonds, ou bien les surplombs et occupent des surfaces réduites.


Qu’est-ce que le concrétionnement ? les origines :

Un concrétionnement est d’origine biologique, il est le résultat de l’activité d'êtres vivants. Leur lente croissance a nécessité des années voire des siècles pour constituer ces formations.


Les êtres vivant à l’origine sont les algues rouges, qui en mourant se sont calcifiés et formé des couches successives :

Le terme Coralligène signifie « producteur de corail », car il est lié à l’abondance de corail rouge qui s’y développe. Mais il s’agit d’une bioconstruction bâtie principalement par des végétaux, les algues rouges calcifiées, appelée coralline.


Pour réaliser leur photosynthèse et se développer, ces algues ont besoin d’une juste dose de lumière. Absorbée par l’eau de mer, la lumière diminue avec la profondeur, c’est pourquoi ces algues rouges se développent bien entre 30 et 120 mètres de profondeur.

Avec le temps ces fines couches calcaire s’étendent et se superposent formant une sorte de mille- feuilles minéral, dont seule la couche superficielle est vivante. La croissance du coralligène est très lente : moins de 1 millimètre d’épaisseur par an. Certaines patates de coralligène ont donc plusieurs siècles, voire plusieurs millénaires !!


Les animaux présents sur le coralligène :

Présent uniquement en mer méditerranée, le coralligène est un écosystème observé principalement au-delà de 30 mètres de profondeur. Véritable paysage riche et diversifié, le coralligène offre dans un espace retreint une grande quantité de nourriture et une multitude de cachettes pour de nombreuses espèces vivantes : près de 1700 espèces ont été recensées dans cet habitat, dont plus de 300 algues, 1200 invertébrés, et plus d’une centaine de poissons. Ces espèces sont rarement spécifiques à ce milieu, même si certaines y sont souvent associées :


Les gorgones, qu’elles soient rouges, jaunes ou blanches, ainsi que le corail sont emblématiques du coralligène : tous deux participent à sa construction.







Apparu il y a plus de huit millions d’années, le corail rouge tapisse le plafond des grottes, les surplombs rocheux et les anfractuosités faiblement exposés à la lumière : cet animal est composé de milliers d’individus appelés polypes, qui sont englobés dans un squelette calcaire commun, de couleur rouge : on dit que ce sont des colonies « en fleur ».


La langouste (sur la 1ère photo) est l’un des habitant privilégié du coralligène :il se cache dans les anfractuosités, ne laissant dépasser que ses antennes. La porcelaine est un mollusque assez caractéristique du coralligène : elle se cache dans les petites cavités.

De nombreuses éponges, aux formes et couleurs variées sont présentes au sein de coralligène : l’éponge axinelle, ressemblant à un petit arbuste de couleur jaune, peut mesurer jusqu’ à 50 cm de hauteur.



L’éponge de couleur vin (Petrosia ficiformis) est par exemple la nourriture préférée de la doris dalmatienne:









De nombreux poissons utilisent le coralligène pour se cacher et se nourrir, comme par exemple la murène, le congre et les anthias qui vivent en banc.

Comme tout substrat calcaire marin le coralligène est soumis à l’érosion due à de nombreux organismes, tels que les éponges perforantes et certains mollusques. Aussi ce milieu est toujours en équilibre fragile entre les organismes constructeurs, et ceux destructeurs.

Conclusion

Cet écosystème est également très sensible aux activités humaines pouvant provoquer de nombreuses dégradations mettant en péril son développement et toutes les espèces qui y sont associées.

C’est pourquoi en un instant, d’un simple coup de palme qui peut paraître anodin, des années ou des siècles de labeur de la nature peuvent être anéantis.

Chacun peut, par de simples gestes comme la maîtrise de sa flottabilité et s’abstenir de toucher à tout, préserver le coralligène. Un tel écosystème doit être protégé si nous voulons continuer à admirer les gorgones, le corail, le mérou, les autres habitants emblématiques de la Méditerranée et permettent à des activités comme la plongée et la pêche de se poursuivre. La création de parcs nationaux comme celui de Port Cros ou d'aires marines protégées permettront de concilier la protection du milieu marin et ses usages. Ces réserves sont délimitées et réglementées pour la sauvegarde des espèces végétales et animales.