La posidonie: la forêt sous la mer Méditerranée

Mis à jour : janv. 18


La posidonie, contrairement à ce que certaines personnes pensent, n’est pas une algue, mais bien une plante à fleur, que l’on trouve exclusivement en méditerranée, en particulier sur la région PACA et la Corse pour la France.

Elle pousse entre quelques centimètres sous la surface de l’eau, jusqu’à 20m, voire 40 mètres de profondeur suivant la clarté de l’eau : elle est un bon indicateur de la qualité et de la clarté de l’eau dans laquelle elle se développe.


Comme toute plante verte, la posidonie a besoin de la lumière du soleil pour effectuer la photosynthèse, c’est-à-dire produire de l’oxygène, qui sera utilisé par toutes les espèces vivantes alentour comme les poissons et autres animaux : à ce titre la posidonie est à la mer méditerranée ce que la forêt amazonienne est à la terre : un organisme fragile et qui abrite des milliers d’animaux ! C’est pour cela qu’on ne la trouve plus dans les plus grandes profondeurs car la lumière est trop absorbée par l’eau.

On la trouve donc sur les côtes sur des étendues immenses ou parfois plus clairsemée ; mais plus que de produire de l’oxygène, elle est le berceau et la maison de milliers d’espèces de poissons ou mollusques qui viennent s’y cacher et y déposer leurs œufs.

L’herbier de posidonie s’implante sur un fond sableux, ses racines appelées rhizomes, peuvent atteindre 70 cm de profondeur dans le sédiment, ce qui stabilise le fond (tout comme les racines des arbres évitent les glissements de terrain).

Ses feuilles, larges de 1cm environ, peuvent atteindre 20 à 80 centimètres de haut. Les feuilles vivent environ 5 à 8 mois.


Les fleurs de posidonie de couleur verte peuvent donner naissance à des fruits. Ressemblant à une olive verte, ils mettent 6 à 9 mois pour mûrir avant de se détacher et de flotter à la surface de l'eau entre mai et juillet. Ils contiennent une graine, qui, en milieu favorable, germera pour donner une nouvelle pousse.



La posidonie dépense la majorité de son énergie pour se développer et se défendre. Ce mode de développement explique pourquoi la plante ne fleurit pas chaque année. Il semblerait d'ailleurs que la floraison soit provoquée par des températures estivales élevées, voisines de 20°C


Les feuilles une fois mortes, sont ramenées par les vagues sur le rivage à l‘automne et forment des amas énormes de feuilles mortes sur la plage : bien que pas très agréable à sentir, ces feuilles aident à lutter contre l’érosion des plages l’hiver avec les mouvements des grosses vagues et évitent le désensablement de celles-ci.



Elles abritent également une multitude d’animaux terrestres (type insectes) durant cette période.

A Port-Cros et Porquerolles, une politique de non-enlèvement des feuilles mortes de posidonies a été associée à une information avec des panneaux disposés sur les plages. Cette expérience intéressante a permis de maintenir la fréquentation des plages par les baigneurs.


Les feuilles mortes ont servi dans l’antiquité comme matelas pour y dormir, faire les toits des maisons, de litière pour les animaux ou encore emballer des marchandises fragiles pour les longs transports en bateau.

En y regardant de plus près entre les feuilles, la posidonie abrite de nombreux poissons, mollusques et crustacés, qui se cachent de leurs prédateurs et pondent leurs œufs : elle fait donc office de frayère et nurserie, pour plusieurs milliers d’espèce de végétaux et d’animaux. Parmi eux les saupes, ou "vaches de mer", ces bancs de poissons à rayures jaunes horizontales jaunes qui broutent en permanence la posidonie:



Son principal ennemi : l’humain ! Les mouillages des ancres de bateaux, la chalutage et l’aménagement du littoral met en péril cette plante pourtant essentielle à la mer : des mouillages organisés sont donc aménagés pour permettre aux navires (de plongée notamment qui sont prioritaires sur les bouées) de s’accrocher à une bouée plutôt que de détruire les herbiers par les lancers de chaines de mouillages répétés des navires (Région PACA et parc national port Cros), et des interdictions de chalutages à moins de 3 milles des côtes.

D’autres ennemis biologiques tels que l’algue invasive caulerpa taxifolia tendent à pendre la place de la posidonie et « à l’étouffer ».

En plongée : Comme le corail, la posidonie peut former, avec le temps, des récifs barrières. Les feuilles affleurant à la surface de l’eau, arrêtent les vagues et créent des zones abritées. A titre d’exemple, les récifs barrières de Port Cros et du Brusc dans le Var auraient mis 10 000 ans à se construire. A l’échelle humaine, leur destruction serait irréversible. C’est pourquoi il faut faire extrêmement attention à ne pas dégrader ces herbiers, si l’on veut profiter pour observer tous ces jolis poissons en randonnée palmée. Des sentiers sous-marins sont délimités dans certaines zones de petits fonds. Encore peu nombreux en région PACA, ils se développent pour répondre aux besoins des baigneurs afin de mieux connaître leur patrimoine naturel.

Pour résumer :

La posidonie est donc une plante essentielle au milieu marin : elle sert à produire l’oxygène, à stabiliser le fond, elle est un habitat et un nid pour la faune et flore marine, un bio-indicateur de la qualité de l’eau pour l’Homme et limite fortement l’érosion des plages : c’est pour tout cela qu’elle est devenue une espèce protégée dès 1976 par le convention de Barcelone, pour la protection du milieu marin et du littoral méditerranéen.

Une petite vidéo très bien faite pour résumer tout cela:


13 vues0 commentaire